Famille des Cucurbitacées

Bryone dioïque |  Concombre sauvage | 

Famille Type Durée de vie Taille Milieu Floraison
Cucurbitacées liane vivace 3 à 4 m haie mai à septembre

Présentation

Navet du diable ... En voilà un drôle de nom !!! Non ce n’est pas un mauvais film sur Satan, mais une plante qui semble-t-il a eu commerce avec lui. On raconte que des sorciers peu scrupuleux utilisaient sa racine à la place de celle de la mandragore (beaucoup plus rare et à qui l’on prêtait nombre de vertues magiques).. Or celle de la bryone est particulièrement toxique voire parfaite pour empoisonner... On comprend mieux la méfiance des paysans à l’égard de cette plante dont la racine ressemble au navet et dont toute les parties sont dangereuses, en particulier ses baies rouges. Difficile de croire avec tous ces défauts que la bryone est une proche parente de notre aimable melon et du potiron si doux. Nous l'avons par nos voyages, par nos cultures, répandue dans le monde entier. Pour la reconnaître fiez-vous à votre cœur ou plutôt aux siens... à ses adorables petits fruits verts en forme de cœur.

Reconnaissance

Plante herbacée grimpante à vrilles, hérissée de petits poils raides et ressemblant à la vigne. Plante très commune dans les haies. Elle est dioïque, c'est à dire que les fleurs mâles et femelles sont sur des plantes séparées. On reconnaît les fleurs femelles à la boule qui est sous les pétales (ovaire infère). Elle fait des fruits rouges extrêmement toxiques. Risque de confusion avec Bryona alba qui n’est pas dioïque et dont les baies sont noires.

Propriétés médicinales

La racine a des propriétés diurétiques*, vomitives, purgatives*, vermifuges*, expectorantes*... mais l'usage en est délicat à cause de sa toxicité (racines et baies, une quinzaine de baies suffisent à tuer un enfant). Fournier et Lieutaghi mentionnent le sirop au suc frais : creuser dans la racine une cavité que l'on remplit de sucre ; au bout de douze heures, on obtient un sirop purgatif doux (2 c à soupe/jour). A été également utilisée en cataplasme (pulpe) sur les hydarthroses, contusions ou kystes sébacés.

Phytothérapie

Partie utilisée : racine. Action physiologique : purgatif* (lié à la présence de principes amers toxiques), expectorante, anti-inflammatoire. Utilisation : avec précaution à cause de sa toxicité ; est essentiellement utilisée pour son action anti-inflammatoire dans les affections rhumatismales et pulmonaires. Rentre dans la composition de spécialités vendues en pharmacie. Est également utilisée en homéopathie dans le cadre de pathologie rhumatologique ou pulmonaire notamment. Existe en teinture mère*.

Tradition

Les charlatans utilisaient sa racine en remplacement de celle de la mandragore qui est plus rare. Son emploi est à déconseiller dans la mesure où elle est très toxique. Matthioli rapporte que, sous le nom de Mandragore, les charlatans vendaient en réalité de la racine de bryone façonnée en forme d'homme. Ils inséraient des graines d'orge ou de millet là où se trouvent les poils. Après avoir enterré le tout, ils le recouvraient de sable et de feuilles jusqu'à ce que les graines germent. Ils déterraient alors les racines et taillaient les semences qui avaient levé en forme de cheveux et de barbe... La véritable Mandragore est une Solanacée originaire de Syrie, Mandragora officinalis (différente de la Mandragore des apothicaires, Podophyllum peltatum).

Usages divers

On s'en servait dans les jardins pour décorer (treillage).

Botanique:

Fleur: Fleurs à 5 pétales blanc-verdâtres aux veines plus foncées, et à peine soudés entre eux à la base. Cette plante est dioïque* : les pieds portent soit des fleurs mâles à 5 étamines soudées deux à deux par leur filet, soit des fleurs femelles

Couleur : vert

Fruit : Baie jaunâtre puis rouge à maturité, de 5 à 8 mm contenant 3 à 6 graines aplaties.

Tige : Tige grêle, très longue, grimpante avec des vrilles en spirales, opposées aux feuilles

Feuille: Feuille en cœur à la base, avec 3 à 5 lobes aigus, sinués-dentés, rappelant celle de la vigne. Les vrilles naissent à l'aisselle des feuilles et sont opposées à celles-ci.

Partie souterraine: Gros tubercule cylindrique et charnu en forme de navet. Il est plus ou moins ramifié, et à chair blanchâtre.

Autres noms

Français : Navet du diable, rave de serpent, vigne blanche

Nom anglais : White bryony

Nom allemand : Weisse Zaunrübe, spanische Rowe, Zweihäusige Zaunrübe

Nom italien : Vite bianca, barbone, zucca salvatica

Nom espagnol : Brionia, espárrago de cruz

Etymologie : Bryone viendrait du grec bryô : pousser avec vigueur.

Origine : Commune dans toute la France sauf sur le littoral méditerranéen, ne dépasse pas 1400m en altitude. Europe centrale et méridionale, Afrique du Nord, Sud-Ouest de l'Asie.

Protection

sans