Famille des Araliacées

Lierre grimpant | 

Famille Type Durée de vie Taille Milieu Floraison
Araliacées Liane persistante jusqu'à 30 m. haie, sous-bois septembre à octobre

Présentation

Voilà une plante que tout le monde pense connaître, en pot chez la concierge, en grimpante dans les jardins municipaux... Mais saviez vous que cette plante peut vivre très longtemps voir 400 à 1000 ans. Le lierre est dit grimpant et avec raison, car tel est son karma. Il grimpe... grimpe... il n'arrête pas de grimper à la recherche du soleil. On dit qu'il peut atteindre une taille de plus de 50 m. Au passage ce boa végétal s'enroule autour des arbres et finit par les étouffer d'où son nom commun de bourreau des arbres... et attention à ses baies... elles sont empoisonnées…

Reconnaissance

Liane grimpante (arbres, haies, murs) ou rampante (elle fait souvent des couvres sols importants dans les sous bois) qui peut atteindre une grande taille. Sa tige est dotée de crampons qui lui permettent de s'accrocher partout. Son feuillage est vert toute l'année. Ses fruits sont des baies noires disposées en ombelle (Il est d'ailleurs apparenté aux Ombellifères). Ses feuilles jeunes sont lobées contrairement à celle des tiges adultes (florifères) qui sont "lancéolées". Lorsqu'il n'a plus de support, il peut prendre l'apparence d'un petit arbre.

Propriétés médicinales

Attention à la toxicité, essentiellement des baies . Les feuilles auraient été employées en usage interne comme excitant, emménagogue ; dans les cas de métrorragies et de catarrhe chronique en médecine populaire. De manière plus sécurisante en usage externe, le lierre est utilisé comme détersif et résolutif en cas d'ulcère ou d'engorgement mammaire. Le docteur Leclerc le recommandait comme antirhumatismal et antinévralgique .

Phytothérapie

Partie utilisée : bois et feuilles. Action : détersif*, hémolytique*, vasoconstricteur*, antispasmodique* ; action oestrogénique pour certains auteurs ; de stimulation thyroïdienne pour d'autres (auteurs allemands).. Utilisation : en usage interne (mais attention au risque de toxicité!...) essentiellement en cas de toux quinteuse ; parfois dans le cadre de dysménorrhée* ou d'hypofonctionnement thyroïdien (par son action hormonale). en usage externe (plus courant et moins risqué!...) est utilisé dans les engorgements mammaires : cataplasme de feuilles (200g/l),compresses de décoction de feuilles ; ou contre la cellulite : rentre dans la composition de nombreuses spécialités et produits de parapharmacie notamment pour les crèmes et bains à visée amincissante très nombreux sur le marché. NB: cas de dermatoses de contact rapportés . Utilisé également en homéopathie ; existe en teinture mère*.

Tradition

En Egypte, le lierre était un symbole d'Osiris. Autrefois, les feuilles de lierre étaient mélangées à de la cendre pour faire de la lessive et le suc résineux s'écoulant des très vieilles tiges servait de vernis.

Curiosités

Une décoction de feuilles de lierre permettrait au tissus noir de retrouver leur intensité. Les fruits qui sont à maturité à la fin de l'hiver, sont une nourriture providentielle pour les merles (attention, elles sont toxiques pour l'homme). Les fleurs sont très visitées par les abeilles à cause de leur nectar abondant, elles en font un miel apprécié.

Usages divers

Usage horticole

Botanique:

Fleur: Fleurs disposées en ombelles terminales.

Couleur : vert

Fruit : Fruit globuleux (drupe*), noir bleuté, cerclé sur le sommet. Mûr de mars à mai.

Tige : Liane ligneuse, dotée de racines adventives qui font office de crampons et leurs permettent de s'agripper sur des supports différents.

Feuille: Verte et luisante, persistante, généralement trilobée, sauf celles des tiges florifères qui sont entières, ovales et acuminées*.

Autres noms

Français : Lierre des poètes, bourreau des arbres, rondelette, herbe de la St-Jean

Nom anglais : Common ivy

Nom allemand : Efeu, Baumefeu, Eibich

Nom italien : Edera, ellera arborea

Etymologie : Origine et signification inconnue

Origine : Europe (sauf extrême nord), Afrique du Nord, Asie.

Protection

sans