Famille Type Durée de vie Taille Milieu Floraison
Rosacées sous-arbrisseau 1 à 3 m. bord de chemin, haie, sous-bois, haie, lande, friche mai à septembre

Présentation

Enfin une plante qui semble facile à reconnaître, apparemment… car sous le nom de ronce se cachent plusieurs sous-espèces, difficilement différentiables pour le néophyte… voir pour l’expert. La ronce de notre enfance, une plante ambivalente avec ses griffes sorties qui labourent nos membres et ses fruits si doux qui colorent nos bouches. Tirez la langue après en avoir mangé et vous verrez… Ce barbelé végétal est un excellent refuge pour la faune et la flore en particulier les jeunes arbres qu’il protège des prédateurs. Il se propage très facilement grâce à la dispersion de ses graines par les oiseaux, les mammifères ainsi que par le marcottage des tiges et il peut même devenir envahissant hors de son aire d’origine, l’Europe. Aux USA, en Nouvelle Zélande et surtout en Australie, la ronce (blackberry) est considérée comme une envahisseuse. Les Australiens ont dépensé des sommes considérables pour s‘en débarrasser. Ils ont même fait des recherches en Europe pour trouver des agents pathogènes de la ronce et ils ont ramené un champignon Phragmidium violaceum destructeur de ronces, mais apparemment cela n’a marché que pour quelques espèces de ronces. Enfin sachez que si vous avez mal à la gorge, vous pourrez faire un gargarisme à base de feuilles de ronce…

Reconnaissance

Voici ses principaux critères de reconnaissance : Tiges en arceaux couvertes d’épines. Fleurs à cinq pétales caractéristique de la famille des rosacées (sauf exception, il y a dit-on toujours des exceptions… comme la tormentille Potentilla rupestris qui a 4 pétales). Feuilles composées de trois à cinq folioles dentées. Risque de confusion avec la ronce bleuâtre, plus petite, environ 50 cm de haut, dont le fruit composé est comme son nom l’indique bleuâtre. Il est formé de moins de drupéoles et ses feuilles composées ont trois folioles.

Propriétés médicinales

D'après Fournier, la ronce était considérée comme une plante médicinale dès le IVème siècle av. J.C. Elle aurait été utilisée par Dioscoride (Ier S.) pour ses propriétés astringentes au niveau digestif puis plus tard dans les cas de gingivite, angines et toux.

Phytothérapie

Partie utilisée : la feuille et le fruit. Principes actifs connus : tanins. Utilisation : pour son action astringente en cas de diarrhées : décoction de feuilles ou "sirop" (pour les enfants!) obtenu à partir du suc des mûres. On peut également utiliser la ronce par voie externe : les feuilles mâchées raffermissent les gencives et appliquées sur les plaies elles en favorisent la cicatrisation. On retrouve la ronce dans quelques spécialités (collutoire, tisanes...). Est utilisée en homéopathie ; existe en teinture mère.

Propriétés culinaires

Les fruits se consomment crus. On en fait également de délicieuses confitures et même de l’alcool. Les feuilles séchées servent à faire des infusions.

Tradition

Les infusions de feuilles étaient utilisées en gargarisme pour lutter contre les angines et les infections buccales.

Curiosités

Les tiges sont en arceaux, elles retombent vers le sol. Au contact de la terre, les tiges font des racines (marcottage) et se reproduisent de façon végétative, ce qui leur permet d’occuper l’espace efficacement. Chose étonnante la ronce peut dans certaines conditions faire des fruits sans être fécondée, le fruit à alors les mêmes gênes que la plante mère.

Botanique:

Fleur: Hermaphrodite, en grappe terminale, fleur à 5 pétales, 5 sépales, nombreuses étamines et ovaires

Couleur : blanc

Fruit : Les fameuses mûres (à ne pas confondre avec le fruit du mûrier : Morus nigra sont en fait composées de plusieurs petits fruits (drupéoles) agglomérés. Vertes d’abord, elles deviennent rouges, puis noires quand elles sont mûres.

Tige : Épineuse et rampante, pouvant faire des arcs. Bisannuelle.

Feuille: Composée, trois à cinq folioles dentées, disposées en éventail. Alternes.

Autres noms

Français : Mûrier des haies, mûrier sauvage.

Nom anglais : Blackberry

Nom allemand : Brombeere

Nom italien : Mora, Lampone

Nom espagnol : Zarza, Zarzamora

Etymologie : Du latin "ruber", rouge, parce que certaines espèces ont des fruit rouges (framboises)

Origine : Européenne

Protection

sans