Famille Type Durée de vie Taille Milieu Floraison
Liliacées liane (persistante) jusqu'à 15 m. garrigue, sous-bois, lande août à novembre

Présentation

Avis aux lecteurs des schtroumpfs, la salsepareille existe : nous l’avons rencontrée. Elle est même partout ou presque dans la presqu'île de Giens… Vous la reconnaîtrez facilement à ses feuilles en forme de cœur barbelé et à ses fruits rouges appétissants, mais toxiques. Paradoxalement ses jeunes pousses sont comestibles comme les pointes d’asperges. Elles appartiennent d'ailleurs à la même famille. La salsepareille a été importée du Nouveau Monde par les conquistadores comme remède contre la syphilis. D’abord cultivée en Espagne, elle s’est échappée et a conquis, juste retour des choses, le pourtour méditerranéen. Elle est d’ailleurs extrêmement envahissante… Voire même dangereuse car elle étouffe la végétation et ses ramifications nombreuses et sèches favorisent les incendies. Elle est même capable, dit-on, de survivre au passage du feu grâce à son mode souterrain de propagation. Sachez enfin qu’en Amérique du Sud, on utilise une espèce voisine de la salsepareille comme aphrodisiaque…

Reconnaissance

Plante grimpante à vrilles, à tiges ligneuses, pouvant atteindre 15 m. Les tiges poussent en zig-zag et sont souvent épineuses. Les feuilles ne tombent pas en hiver (persistantes), elles sont coriaces, luisantes, parfois à bord épineux. Elles sont en forme de fer de lance et pétiolées, disposées de façon alterne sur la tige. Les fleurs sont blanches, petites et parfumées, elles apparaissent d'août à novembre. Elles sont groupées à l'aisselle des feuilles, plutôt dans la partie terminale de la plante. Les fleurs mâles et femelles sont sur des pieds séparés (plante dioïque). Les fruits sont des petites baies d'abord vertes, puis rouges foncées, devenant noires à maturité, elles sont non comestibles. Elles est caractéristique de la forêt de chênes verts et de ses formes de dégradation.

Propriétés médicinales

La racine est diurétique, dépurative et diaphorétique (qui fait transpirer). Fournier cite son utilisation en décoction contre les maladies de peau, les rhumatismes, la goutte et la syphilis.

Phytothérapie

Partie utilisée: la racine. Principes actifs connus : des saponosides stéroïdiques (dont le sarsasaponoside). Action physiologique : est surtout diurétique. Utilisation : comme dépuratif ; rentre dans la composition de nombreuses tisanes de spécialités. Est également utilisée en homéopathie ; existe en teinture mère.

Propriétés culinaires

Les jeunes pousses se mangent à la façon des asperges (même famille). Attention, les fruits sont toxiques.



Botanique:

Fleur: 6 tépales. Fleurs mâles ( 6 étamines à anthères jaunes) et femelles sur des pieds différents (dioïque).

Couleur : blanc

Fruit : Grappes de baies rouges puis rouges foncées quand elle sont mûres.

Tige : Ligneuse, avec des sillons, pourvue d’épines, émettant des vrilles.

Feuille: Persistante, coriace, luisante à bord souvent épineux. Le limbe est souvent tacheté de zones vert-clair. Les nervures partent d’un même point et sont parallèles (caractéristique chez les monocotylédones). Les trois quart supérieurs du limbe sont étroits et subulés, la partie près du pétiole est auriculée à cordée. (feuille en forme de fer de lance)

Autres noms

Français : Smilax rude, liseron épineux, liset piquant, gramon de montagne

Nom anglais : Rough Bindweed

Nom allemand : Stechwinde

Nom italien : Salsapariglia

Nom espagnol : Zarzaparrilla, aritja

Etymologie : Du mot grec smilé, grattoir (forme des feuilles

Origine : Du bassin méditerranéen à l'Inde

Protection

sans