Famille Type Durée de vie Taille Milieu Floraison
Astéracées (Composées) plante herbacée vivace 5 à 40 cm. bord de chemin, bois clair, prairie mars à octobre

Présentation

Tout le monde connaît le pissenlit, ne serait-ce que par l’expression : manger les pissenlits par les racines, mais saviez-vous qu’il y a d’autres façons, infiniment plus plaisantes, de les déguster? Par exemple, en salade, quand les feuilles sont jeunes, sinon elles deviennent vite très amères, ou bien pour les boutons floraux, à la façon de câpres, dans du vinaigre. En plus c’est pratique, vous coupez le pissenlit à sa base et aussi sec, il repousse avec de nouvelles feuilles toutes aussi bonnes à manger. Cependant n’en abusez pas ou vous risquez de comprendre physiquement l’origine de son nom : pissenlit, c’est en effet un excellent diurétique. Petit conseil, évitez de manger ceux qui sont au bord des routes et de tout autre lieu susceptible d’être pollué.

Reconnaissance

Plante vivace herbacée. Rosette basale de feuilles dentées d'où émergent des tiges florales portant un capitule (fleur composée) unique jaune. Fruits bien connus..

Propriétés médicinales

Stomachique*, diurétique, tonique, dépuratif*, cholagogue*, détersif*. Au XVI ème siècle il était appelé "herba urinaria" et utilisé dans les maladies des reins. Plus tard, le Dr Leclerc dira du pissenlit qu’il possède les propriétés de favoriser le cours de la bile d'où son utilisation essentiellement dans les affections du foie et des voies biliaires. On mentionne comme mode d'emploi l'infusion ou la décoction* de feuilles ou de racines; le nom de "Clystère de Kæpf" est retrouvé pour une décoction de la plante sèche très réputée au XVIII ème siècle pour traiter les maladies du foie.

Phytothérapie

Partie utilisée : feuille, racine. Action : cholérétique*, cholagogue*, diurétique et légèrement laxatif. Utilisation : comme dépuratif* essentiellement à visée hépato-biliaire : insuffisance hépatique, cirrhose, ictère, lithiase biliaire ; hypercholestérolémie pour certains. On emploie le suc de racine : (récolté en été et stabilisé avec de l'alcool, de l'eau et de la glycérine) 1c à soupe 2 fois/ jour ; le nébulisat : 0.3 à 0.6 g/jour ; l'infusion (feuille) : 20g/l ; la décoction (racine) : 20g/l (20mn) 250 à 500ml/j. Rentre également dans la composition de nombreuses spécialités vendues en pharmacie : comprimés, tisanes et autres solutions buvables. Est très utilisé en homéopathie notamment pour la sphère hépato biliaire ; est utilisé seul ou en association (avec la chélidoine par exemple) ; existe en teinture mère*.

Propriétés culinaires

Les jeunes feuilles se mangent en salade

Tradition

Lieutaghi dans son livre des bonnes herbes rapporte une tradition ancienne concernant le pissenlit en fruit. Les jeunes filles d’autrefois soufflaient sur la tête du pissenlit pour faire s’envoler tous ses fruits. Autant de fois, elles devaient souffler, autant de temps, il leur restait avant de se marier.

Curiosités

Les feuilles contiennent des vitamines A et C Les racines séchées et grillées peuvent servir de substitut au café.

Botanique:

Fleur: Fleurs en languette, assemblées en capitule* de 1,5cm de diamètre.

Couleur : jaune

Fruit : Akènes à aigrette plumeuse

Tige : Tige florale creuse, portant un capitule unique.

Feuille: Feuilles lancéolées profondément divisées, formant une rosette basale.

Partie souterraine: Racine charnue pivotante, blanche à l'intérieur, brune à l'extérieur

Autres noms

Français : Dent de lion, salade de taupe, chopine, couronne de moine

Nom anglais : Dandelion

Nom allemand : Echte Kuhblume, Pfaffenblatt, Pfaffenblume

Nom italien : Tellagialla, dente di leone, soffione

Nom espagnol : Diente de león, amargón

Etymologie : Du latin taraxis, maladie des yeux, la plante servait autrefois pour les problèmes occulaires. Ou de l'arabe tharakhchakon, qui désignait une sorte de chicorée. Le nom de dent de lion provient de ses feuilles découpées.

Origine : Hémisphère nord

Protection

sans